Voir toutes les assurances pour les jeunes

L'automédication : les 10 commandements

Offre santé des moins de 30 ans

L'automédication : les 10 commandements

  • Sans l'aval de votre pharmacien, des médicaments vous ne prendrez point...

    Il vaut toujours mieux s’informer avant d’acheter un médicament ne nécessitant pas d’ordonnance ! Pour être pharmacien, il faut avoir suivi au minimum six ans d’études universitaires exigeantes. Il est donc en mesure de vous aider pour savoir à qui est destiné le médicament et dans quelles circonstances il doit être employé.

  • En cas de doute, votre médecin vous ne zapperez point...

    Lorsque les symptômes sont douteux, violents ou persistants, qu’aucune amélioration ne se fait sentir après la prise de médicaments, ou pour les femmes enceintes en général, il est vivement recommandé de consulter un médecin pour un examen plus approfondi.

  • Pas trop longtemps l'automédication vous pratiquerez...

    Si l’état général empire durant le traitement ou si aucune amélioration n’intervient, la consultation médicale s’impose alors. Dans tous les cas, ne dépassez jamais les durées de traitement mentionnées sur la notice.

  • Quand l'automédication vous pratiquerez, jamais vous ne vous cacherez...

    Ne cachez pas à votre médecin les traitements que vous avez pris de votre propre chef ou que vous prenez encore. Votre médecin est habitué au fait que ses patients essaient de soulager eux-mêmes leurs petits maux et il ne vous jugera pas.

  • Le mode d'emploi vous lirez et conserverez...

    L’emballage porte de précieuses indications (nom du médicament, son fabricant, la teneur en principe actif, la date de préremption). La notice du médicament précise, elle, sa composition, les doses préconisées en fonction de l’âge ou du poids, la façon de le prendre, les précautions d’emploi, les effets indésirables possibles et les conditions de conservation.

  • Aucun cocktail de médicaments vous ne shakerez...

    La prise simultanée de plusieurs médicaments peut renforcer ou au contraire affaiblir leurs effets, ou encore augmenter le risque d’effets indésirables. Pendant toute la durée d’un traitement prescrit, il importe donc d’informer son médecin de la prise éventuelle d’autres médicaments en automédication.

  • L'alcool vous éviterez...

    L’alcool est capable de modifier l’effet de nombreux médicaments, ce qui augmente le risque d’effets indésirables. Conjugué à certains médicaments, l’alcool diminue la vitesse de réaction, en voiture ou en scooter !

  • Dans un endroit spécial vous les conserverez...

    Sous l’influence de la lumière, de la chaleur ou de l’humidité, les médicaments peuvent se détériorer. Pour leur assurer une bonne conservation, stockez-les au frais, au sec et à l’abri de la lumière. Les armoires spéciales vendues dans le commerce conviennent très bien.

  • Jamais à portée d'enfants les médicaments vous ne laisserez...

    Pour éviter les accidents, il est absolument nécessaire de garder les médicaments hors de portée des enfants, en hauteur ou dans une armoire fermée à clef. Seule exception à cette règle : les vaccins et les suppositoires, ainsi que certaines suspensions buvables reconstituées à partir d’une poudre (le plus souvent des antibiotiques), qui doivent être rangés au réfrigérateur.

  • Parfois l'automédication vous cesserez...

    Se soigner sans consultation médicale n’est valable que pour des affections connues et bien définies. En présence de certaines maladies chroniques (diabète, affection cardiaque, système de défense affaibli ou des troubles connus du foie ou des reins), le médecin devrait être consulté au préalable, même s’il s’agit de petits maux. Ceci est également valable lors de la survenue subite de troubles non explicables.

Je découvre également